Pique nique du comité le 25 juin

samedi 29 juin 2019
par  Claude
popularité : 34%

Le mardi 25 juin avait lieu le maintenant traditionnel pique nique du comité de l’ANR.
Cette année l’organisation en était confiée à Jacky Micou et Marc Boudet.

Jacky et Marc ont accueilli les membres du comité et leurs conjoints ainsi que les adhérents ANR du secteur de Fontenay qui ont répondu présents.

Le RDV fixé à 8H30 à Fontenay le Comte nous a permis après le traditionnel café - brioche de découvrir une face méconnue de Fontenay à savoir les anciens quartiers ouvriers ou « populaires » de Fontenay ; en effet, les « élites » résidaient dans la ville haute (autour de la place Viète, l’église Notre Dame et l’ancien château), quant aux commerçants, artisans et ouvriers leur quartier était rue des Loges et les alentours de l’église Saint Jean.

Après cette déambulation dans les rues de Fontenay, nous nous sommes retrouvés sur les bancs d’une classe des années 50 / 60, l’instituteur nous a fait la leçon de morale et présenté la vie scolaire de l’époque ; cela nous a ramené quelques années en arrière et a ravivé nos souvenirs d’enfance.
Après la dictée, certains ont eu droit au « bonnet d’âne » ce qu’ils ont pris avec le sourire et bonne humeur.

Après cette matinée studieuse, nous nous sommes retrouvés au Gué de Velluire pour le pique nique, nous avons été chaleureusement accueilli par Monsieur Joseph Marquis Maire de la commune.
Après le repas pris en commun ou nous avons apprécié les melons de Marc, les desserts confectionnés avec beaucoup de passion. Certains ont osé braver la chaleur par une marche découverte du bourg du Gué de Velluire tandis que d’autres s"adonnaient au plaisir de la sieste au bord de l’eau, et d’autres s’affrontaient amicalement à la belote.
Mais le point d’orgue de l’après-midi était bien la découverte du marais sec. Notre guide Mr Baud avec l’aide de ses fiches et de gravures est remonté dans le temps : comment les marais avaient été asséchés, pourquoi, par qui, beaucoup d’explications qui nous ont fait comprendre l’évolution de cette zone protégée.
L’homme y avait toute sa place, vivant dans des maisons appelées huttes ; son activité était consacrée à l’élevage : canards, poules, mais aussi l’oie ; de ces dernieres il en tirait un revenu grâce aux duvets retirés plusieurs fois par ans. La chasse comme la pêche était aussi un moyen pour se nourrir, de survivre en revendant l’excédent. De son coffre de voiture qui était une vraie caverne d’Ali Baba, notre guide en sorti divers outils pour la chasse et la pêche dont la fameuse brouette qui leur servait d’approche pour chasser, d’autres outils tous aussi insolites sont apparus dont celui servant à confectionner le bousa : mélange de bouse de vache, de paille et de terre, ces galettes une fois séchées servaient de combustibles pour se chauffer l’hiver.
En cette fin de journée riche en rencontre, nous avons pris congé de Jacky, Ginette, Marc et Françoise, en les remerciant de leur investissement.